Theatre du Chatelet

les coulisses du theatre

Limb’s Theorem, ballet de William Forsythe, présenté les 4, 5 et 6 septembre avec le ballet de l’Opéra de Lyon > Résa
Coréalisation avec le Festival d’Automne

#ThrowBackThursday Archives photos du Châtelet, le Frankfurt Ballet avait présenté cette pièce en mai 1996. William Forsythe a été en résidence entre 1990 et 1998 au Châtelet.

©Marie-Noëlle Robert

Notre nouveau site est en ligne !

Retrouvez le Châtelet sur de nouveaux environnements (mobile, tablette, ordinateur). Repensé avec une billetterie plus performante (Sécutix360.), ce site vous accompagnera tout au long de la saison 2014-2015, elle aussi pleine de nouveautés et de créations.

A la barre de menu horizontale de l’ancienne version, nous avons préféré une organisation verticale des rubriques, s’adaptant mieux à la lecture sur les différents supports (grâce au responsive design, qui adapte le site à la taille de l’écran). Le site a été réalisé par l’agence La Bande Originale.

Les rubriques ont été réordonnées pour faciliter l’accès à toutes les informations que vous souhaitez trouver. Une barre de recherche est également mise en avant afin de vous simplifier l’accès aux bonnes pages du site.

http://chatelet-theatre.com/

Le plasticien Pierrick Sorin s’amuse avec la nouvelle saison et Jean-Luc Choplin, le directeur du Châtelet.
Humour, gaité et gouttes d’eau pour 2014-2015 !!

The King and I, jusqu’au 29 juin.

©Marie-Noëlle Robert / Théâtre du Châtelet

©Marie-Noëlle Robert / Théâtre du Châtelet

#ThrowBackThursday

A l’occasion de la nouvelle production de The King and I, retour sur les précédentes œuvres de Rodgers & Hammerstein au Châtelet.

Carousel
En co-production avec Opera North, Leeds, 2012

Après The Sound of Music (La Mélodie du bonheur), présenté dans ce théâtre en 2009 et 2011, c’est, avec Carousel, un autre chef-d’œuvre de Rodgers et Hammerstein que l’on va découvrir, en création française cette fois. Oklahoma!, la première collaboration du duo, avait fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le ciel de Broadway en 1943. Pour la première fois, narration, chant et danse se trouvaient étroitement mêlés pour contribuer de façon très homogène au déroulement de l’intrigue. Le spectacle remporte un triomphe, qui incite les deux auteurs à poursuivre une collaboration si riche de promesses. Mais le défi est de taille, car les projecteurs sont désormais braqués sur eux.

            En 1921, la Theatre Guild avait présenté pour la première fois à Broadway la pièce de théâtre Liliom, du dramaturge hongrois Ferenc Molnár, dans une traduction anglaise de Benjamin F. Glazer. Richard Rodgers et Oscar Hammerstein avaient assisté à la reprise de la pièce en 1940 avec Burgess Meredith dans le rôle de Liliom et Ingrid Bergman dans celui de Julie. En 1944, ils se voient proposer par Lawrence Langner et Theresa Helburn, les fondateurs de la Theatre Guild, d’adapter Liliom en musical. Les deux auteurs manifestent peu d’enthousiasme, guère inspirés par cette histoire qui se déroule en Hongrie, dont le héros se suicide au milieu du deuxième acte et dont la fin reste très noire.

            Mais le dramaturge ayant donné son accord pour l’adaptation après avoir vu Oklahoma! (alors que des compositeurs aussi éminents que Puccini, Gershwin ou Weill s’étaient heurtés à un refus de sa part…), Rodgers et Hammerstein acceptent finalement l’idée et se mettent au travail en imaginant un certain nombre de modifications : l’action se situera sur les côtes de la Nouvelle-Angleterre et, si l’intrigue reste identique, la fin est transformée, permettant au spectateur de rester malgré tout sur une note positive. Carousel est créé le 19 avril 1945 au Majestic Theatre de New York, dans une mise en scène de Rouben Mamoulian, une chorégraphie d’Agnes de Mille et une orchestration de Don Walker.

            Le succès sera au rendez-vous, moins éclatant, toutefois, que celui d’Oklahoma!. Dans leur nouvelle œuvre, Rodgers et Hammerstein ont pourtant encore perfectionné leur art de l’« integrated musical », où tous les éléments se fondent harmonieusement. Mais, même s’il n’aura pas été immédiat, le triomphe de Carousel est bien réel puisque l’œuvre allait être désignée en 1999 comme « la meilleure comédie musicale du XXe siècle » par le magazine Time.

Extrait du programme

The King and I - Revue de Tweets